Précédent
Suivant

Octobre 2017 : L'Inventaire de la Pompadour

Octobre 2017 : L'Inventaire de la Pompadour

Parmi les dernières nouveautés mises en ligne figure une copie d'époque, établie par le notaire Dutartre, de l'inventaire après décès de Jeanne-Antoinette Poisson, marquise de Pompadour.

Le 15 avril 1764, la marquise de Pompadour décède à 42 ans dans ses appartements du château de Versailles. Son corps est rapatrié à l'hôtel d'Evreux (futur palais de l'Elysée) ainsi que tout ce qui lui avait appartenu. Elle est inhumée 2 jours plus tard sans cérémonie.
Ses biens étant immenses et ses propriétés multiples, il est nécessaire de dresser un inventaire pour faciliter la succession. Celui-ci durera plus d'un an, de juin 1764 à juillet 1765. Deux copies sont réalisées pour ses légataires : une pour son frère, le marquis de Marigny (1727-1781), une autre pour son cousin, Poisson de Malvoisin. C'est cette première copie (Ms 6) qui sera finalement acquise par Jacques Doucet (1853-1929) pour la Bibliothèque d'art et d'archéologie en 1908 à la vente posthume du collectionneur Paul Leroi (1825-1907).


Outre le fait que la marquise de Pompadour était une grande collectionneuse (meubles, porcelaines, bijoux, argenterie...), elle possédait une bibliothèque remarquable qui comportait à sa mort plus de 11 000 imprimés. Ceci explique sans doute le fait que son inventaire ait été extrêmement sommaire (50 pages dans le Ms 6). En effet, « seuls sont énumérés les lots de 25 à 40 volumes identifiés par un seul ouvrage. » (Cordey)
La bibliothèque fut dispersée en vente publique entre le 3 juin et le 26 juillet 1765. Pour ce faire, un catalogue de la vente fut établi par le libraire-expert Hérissant (1704-1772) sur la base des fiches du bibliothécaire de la Pompadour, l'abbé de la Garde (1710-1767). Il comporte 3525 lots d'imprimés et de manuscrits (répartis en 5 catégories : théologie, jurisprudence, sciences et arts, belles-lettres, histoire), 235 lots d'œuvres musicales et 36 lots de recueils d'estampes.
La bibliothèque de l'INHA possèdait jusqu’à présent, un seul ouvrage identifié comme provenant de la bibliothèque de la Pompadour. Il s’agit de L'Entrée triomphante de Leurs Majestez Louis XIV [...] et Marie-Thérèse d'Austriche [...] (Fol RES 490, lot n° 2885 dans le catalogue Hérissant) qui a fait l'objet d'un article sur le blog de la bibliothèque et est déjà consultable sur notre bibliothèque numérique.

 


D'autres exemplaires viennent de rejoindre les rayonnages de l'INHA avec l’intégration en 2016 des collections de la Bibliothèque centrale des musées nationaux (BCMN). Un recensement exhaustif de toutes les reliures armoriées provenant de celle-ci a été opéré et les armes « d'azur à trois tours d'argent maçonnés de sable » de la Pompadour étaient facilement repérables. 57 ouvrages supplémentaires de la bibliothèque de la Pompadour ont intégré les collections de l’INHA : les 21 premiers tomes (hormis le 2) de L'Histoire de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres (RES 4 X 0001, n° 3385) et 35 volumes de La galerie agréable du monde (RES Fol. U 0064, n° 2396) ainsi que 2 ouvrages isolés, La gallerie des femmes fortes de Pierre Le Moyne édité en 1647 (RES 6 U 0001, n° 3478) et Les ruines des plus beaux monuments de la Grèce de Julien David Le Roy édité en 1758 (RES Gr. Fol. BA 0136, n° 3361).
Saisis durant la Révolution, ces ouvrages faisaient partie de la bibliothèque des Menus Plaisirs du Roi à Versailles. En effet, lors de la vente de 1765, l’abbé de la Garde avait racheté une partie de la bibliothèque puis l’avait revendue aux Menus Plaisirs. Deux procès-verbaux de Prairial et Messidor an V (juin 1797) les mentionnent dans la liste des ouvrages remis au Musée central des arts, futur Musée du Louvre pour la création d’une bibliothèque. Bibliothèque qui deviendra 130 ans plus tard la Bibliothèque des musées nationaux.

Ces quelque 60 ouvrages ne représentent qu'un maigre échantillon de l'impressionnante bibliothèque de la Pompadour mais il laisse entrevoir son érudition et sa curiosité. En 1745, Voltaire (1694-1778) dira d'elle : « Elle a plus lu à son âge qu'aucune vieille dame du pays... » Née en 1721, la toute récente marquise n'avait alors que 23 ans...

 


 Références bibliographiques
    Cordey, Jean (dir.), Inventaire des biens de Madame de Pompadour rédigé après son décès, Paris, Francisque Lefrançois pour La société des bibliophiles françois, 1939
    Malzieu, J. M., Catalogue des livres de la bibliothèque de feue Madame la marquise de Pompadour, fac-similé de l'édition parue en 1765, Paris, J. M. Malzieu, 1984

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer